Tous les chemins mènent au sommet du Kilimandjaro

Publié le par Didier

Du haut de ses 5 895 mètres, le Mont Kilimandjaro fait rêver tous ceux qui se passionnent pour l'ascension de montagnes. Il est possible d'escalader cette montagne toute l'année, en utilisant différents voies d'accès, chacune ayant sa particularité propre.

 

Il faut compter entre six et dix jours pour parvenir au sommet du Kilimandjaro et en revenir. Les sentiers pour le sommet empruntent pour la plupart le versant méridional du volcan. Les itinéraires sur le versant septentrional sont réservés aux alpinistes chevronnés. Il existe sept points principaux de départ autour de la montagne. Les voies Marangu et Machame sont les plus utilisées, mais il y a également les voies Mweka, Umbwe, Shira, Lemosho et Rongai.

 

Voies Kilimandjaro

 

Le départ à la Marangu Gate se situe au Sud-Est de la montagne, à 1 870 mètres d'altitude, au cœur de la forêt humide. Cet itinéraire, aussi appelé la voie « Coca-Cola », est le plus ancien, le plus facile et le plus régulier, mais aussi le moins spectaculaire et le plus fréquenté par les touristes. L’ascension est très progressive et ne présente aucune difficulté technique majeure. Quatre jours d'ascension et deux jours de descente suffisent pour parcourir les 36 kilomètres de cette voie. L'ascension finale passe par Gillman's Point à 5 685 mètres d'altitude. Il s'agit également du seul itinéraire où il est possible de passer chaque nuit en refuge (Mandara, Horonbo et Kibo Huts). Les refuges sont généralement gardés et répartis en dortoirs de 4 à 8 personnes, et sont équipés de lits et de matelas.

 

Glacier MachameLa voie Machame, également surnommée voie « Whisky », est l'un des itinéraires les plus spectaculaires au niveau paysages pour atteindre le sommet du Kilimandjaro, et c'est la raison pour laquelle j'ai choisi cette voie. Plus difficile que la voie Marangu, il n'offre, en revanche, aucune possibilité d'abri et s'avère relativement difficile en raison des marches plus longues et plus relevées, même si la partie intermédiaire, plus plate, permet de mieux s'acclimater. Le départ à la Machame Gate se situe au Sud-Ouest de la montagne, à 1 640 mètres d'altitude. Le sentier passe entre le Shira et le Kibo avant d'atteindre Lava Tower, puis le Barranco. Il faut entre six et sept jours pour atteindre le sommet par Gillman's Point et parcourir les 40 kilomètres en évitant la Great Western Breach. La descente se fait en empruntant la voie Marangu ou la voie Mweka.

 

La voie Mweka, située sur le versant méridional, est la plus directe mais aussi la plus raide et la plus périlleuse. Elle n'est d'ailleurs plus autorisée qu'à la descente, et c'est cette voie là que j'emprunterai pour conclure mon ascension. Elle aborde le sommet du Kibo à proximité de Stella Point, en suivant une route de 22 kilomètres par une crête qui longe la South-East Valley.

 

La voie Umbwe est un peu plus difficile que la voie Machame étant donné que la première partie est abrupte. Cette voie rejoint la voie Machame environ aux deux tiers du parcours. Tout comme pour la voie Machame, aucun refuge n'est établi le long de cette route. Cet itinéraire est très peu fréquenté, car la rapidité d'ascension depuis 1 600 mètres d'altitude ne permet pas toujours à l'organisme de s'acclimater correctement. Depuis la fermeture de la Great Western Breach Route, la montée fait désormais 31 kilomètres et demande cinq jours de marche.

 

Lemosho ShiraLa voie Shira est l'itinéraire le plus ancien et se situe sur le versant occidental de la montagne. Il démarre à 3 600 mètres d'altitude, beaucoup plus près de la partie sommitale, en évitant une longue marche dans la forêt. Il demeure relativement ardu et moyennement fréquenté parce que l'acclimatation est difficile les premiers jours. Il faut six ou sept jours pour parcourir ses 34 kilomètres par le Southern Circuit.

 

La voie Lemosho se trouve complètement à l'Ouest de la montagne. Cet itinéraire de 49 kilomètres par le Southern Circuit est relativement difficile et moyennement fréquenté. Le panorama qu'il offre sur le mont Méru, avant de contourner le Shira par le nord, est certainement le plus apprécié. Il démarre à 2 360 mètres d'altitude à Londorossi Gate et nécessite entre six et huit jours de montée.

 

La voie Rongai, aussi appelée Oloitokitok, démarre à 1 950 mètres d'altitude à l'arrière de la montagne. La route qui y mène est assez longue, mais une fois sur la montagne l'itinéraire est peu fréquenté, mieux préservé, relativement facile et demande cinq à six jours d'ascension pour 45 kilomètres de marche. La descente, par contre, emprunte une des voies méridionales.

 

Uhuru PeakBien entendu, toutes ces différentes voies d'accès ont donné lieu à des records d'ascension de toutes sortes. Ainsi, c'est l'Espagnol Kilian Jornet Burgada qui détient le record de l'ascension la plus rapide depuis Septembre 2010. Il a, pour cela, emprunté la voie Great Western Breach en 5 heures 23 minutes et 50 secondes. Du côté des femmes, c'est la Britannique Rebecca Rees-Evans qui a vaincu le sommet en 13 heures 16 minutes et 37 secondes par la voie Marangu.

 

Kilian Jornet Burgada détient également le record de l'aller-retour le plus rapide en 7 heures et 14 minutes, en étant monté par la voie Umbwe et redescendu par Mweka. Le Tanzanien Simon Mtuy détient quant à lui l'ascension la plus rapide sans assistance alimentaire en 9 heures et 19 minutes.

 

La plus jeune personne à avoir atteint le pic Uhuru est l'Américain Keats Boyd à l'âge de 7 ans en Janvier 2008, alors qu'il est normalement interdit de le faire en dessous de l'âge de dix ans. Le plus âgé est quant à lui Français et s'appelle Daniel Valtée, il a réussi l'ascension à l'âge de... 87 ans ! Comme quoi, il n'y a pas d'âge pour s'attaquer au Toit de l'Afrique...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Camille 30/08/2010 10:48



Comment une voie peut-elle être moins périlleuse en descente qu'en montée ? (la voie Mweka) Ou alors on a choisi un sens "au hasard" mais l'intérêt c'est juste que les gens ne se croisent
pas ?


L'ascension en quelques heures ça doit pas être terriblement bon pour la santé, si ? Le corps doit vraiment en prendre un coup. Et puis on profite même pas du paysage ...



Didier 30/08/2010 14:04



Je ne saurai te dire pourquoi elle est n'est réservée qu'à la descente...


En fait, en quelques heures, le mal des montagnes n'a pas trop le temps de se faire sentir dans le corps, c'est pour ça qu'ils peuvent réussir ces exploits. Et puis ils doivent aussi avoir des
prédispositions pour de telles ascensions !